Les effets du CBD sur la conduite

En France, la consommation de CBD ou Cannabidiol a été récemment réglementée. En effet, à un volume de THC inférieure à 0,20 %, elle peut être conseillée à des fins thérapeutiques. Toutefois, compte tenu de ses effets inhibiteurs, ne présente-t-il pas un risque pour les conducteurs ? Voici un petit tour d’horizon du sujet !

Qu’en est-il vraiment du CBD ?

Depuis maintenant quelques années, plusieurs études tendent à démontrer les effets bénéfiques du CBD sur l’organisme et ce n’est vraiment pas prêt de s’arrêter. Consommée à des doses adéquates, il peut être d’une grande aide pour réduire des maux comme l’anxiété ou la douleur. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle sa consommation est légale dans plusieurs pays dont la France. Néanmoins, même s’il n’a pas la propriété psychotrope du THC, il peut présenter des effets secondaires comme la somnolence, des nausées ou encore la baisse de la pression artérielle surtout pris à grosse dose.

La conduite est-elle possible après la consommation de CBD ?

Pour être bref et clair, la prise de CBD excédant la dose autorisée représente des risques considérables sur la conduite. En effet, l’huile de CBD agit directement sur le cerveau, ce qui peut provoquer une sensation de fatigue, une saute d’humeur, voire une diminution des réflexes. D’un autre côté, les autres éléments composant le CBD peuvent aussi causer des vertiges, ce qui peut réduire votre vigilance sur la route. Ainsi, si vous avez besoin de consommer du CBD et que vous devez prendre le volant, il vous est conseillé d’en réduire autant que possible la quantité prise pour éviter tout risque.

Quelques conseils pour que CBD et conduite s’accordent

Normalement, il faut 6 heures au corps pour éliminer le taux de THC présents dans le CBD, soient 0,2 %. Ainsi, si vous faites des déplacements fréquents en voiture comme pour aller au travail ou comptez faire un long voyage, il n’est pas donc conseillé de prendre tout de suite le volant, car vous pourrez être sous l’effet du cannabidiol durant le trajet. Le mieux à faire, c’est d’attendre le soir, par exemple, ou votre arrivée à destination avant de prendre votre ration journalière. Cela vous permettra non seulement d’assurer votre sécurité sur la route mais vous épargnera aussi des soucis juridiques.