You are currently viewing Donner son sang lorsqu’on consomme du CBD, est-ce possible ?

En France, près d’un million de patients sont soignés chaque année grâce à la collecte de sang. En plus d’être rapides et indolores, les dons de sang sont essentiels afin de satisfaire les besoins médicaux à certaines périodes. Donner son sang est un acte utile, mais qui peut constituer un risque pour les receveurs, si le donneur ne suit pas les consignes.

Les consommateurs de CBD en particulier doivent se renseigner sur le sujet, avant de franchir le pas. Certes, aucun jugement ne sera fait à ce propos, mais il existe des règles qui indiquent si vous êtes en mesure de donner du sang, ou s’il est jugé bon d’attendre.

Donner du sang peut être considéré comme un acte altruiste et intemporel. Cependant, peut-on le donner sans danger si l’on consomme du CBD, ce produit dérivé du cannabis ? Existe-t-il des règles qui s’y opposent ? Néanmoins, aucune organisation de collecte de sang n’interdit automatiquement d’en donner si vous avez consommé du CBD ou fumer du cannabis auparavant. En revanche, des directives exigent de la part des donneurs, d’être sobre lors du geste.

Se renseigner sur les règles des banques de sang

Toutes les banques de sang ne se valent pas, car les règles qu’elles appliquent diffèrent selon votre localisation.

Elles sont toutes à la recherche de quelconques signes alarmants pour se prémunir des risques liés à la santé des receveurs. Tous les donneurs sont questionnés au préalable, sur leur passé d’éventuels dons de sang. Les expositions aux aiguilles sont une inquiétude, principalement pour les consommateurs d’héroïne et ceux qui s’injectent de stéroïdes.

Les banques de sang peuvent parfois poser des questions sur les antécédents des tatouages. Dans la mesure où un tatouage n’a pas été fait dans un endroit sain, habilité et conforme aux règles d’hygiène, vous pouvez être radié à la liste des donneurs.

Les femmes enceintes ou qui ont récemment accouché sont également des facteurs éliminatoires immédiats. Il en va de même pour ceux qui ont subi une opération chirurgicale. Vous devez aussi vous attendre à être questionné vis-à-vis d’éventuels rapports sexuels non protégés ou de troubles de santé.

Don de sang et cannabis : est-ce compatible ?

S’il en est ainsi des règles des banques de sang, donner du sang en prenant certaines précautions est tout à fait possible. En réalité, les banques de sang ne s’intéressent qu’à votre sobriété, si vous n’avez pas été exposés à des seringues usagés ou à des rapports sexuels non protégés.

Aux Etats-Unis, il n’existe pas de tests au cannabis pour le don du sang. En France, le don de sang prévoit des contre-indications comme l’âge, le poids, la grossesse et l’utilisation de médicaments particuliers, y compris la consommation de drogue.

Si l’on s’en tient aux consignes de la Croix Rouge : « Les donneurs volontaires doivent être relativement en bonne santé au moment du don. » Ils doivent également s’être octroyé une bonne nuit de sommeil la veille et avoir mangé un bon repas, et bu beaucoup de liquides au moins deux heures avant la prise de sang.

Peut-on donner son sang si on a consommé du cannabis ?

Il n’est plus à savoir que le cannabis est composé de plusieurs molécules dont le CBD et le THC qui interagissent principalement avec notre système endocannabinoïde. Le THC est le cannabinoïde qui provoque des effets psychotropes, et modifie ainsi notre perception de la réalité, tandis que le CBD n’a pas d’effet psychoactif et possède des vertus thérapeutiques appréciables.

Même si le CBD ne contient qu’un taux dérisoire de THC, soit inférieur à 0,2%, le décret de la loi sur le don de sang considère les drogues légères comme un ensemble, au même rang que le cannabis traditionnel. Or, les cannabinoïdes, quels qu’ils soient influencent le métabolisme et le flux sanguin. C’est pourquoi, il est conseillé aux consommateurs de CBD d’attendre au moins deux semaines après leur dernière consommation pour faire un don de sang. De quoi éviter tout problème lors de la possible transfusion sur un receveur.